Nouméa

Mesure de la qualité de l’air à l’école Griscelli Vallée du Tir – Nouméa Laboratoire mobile – du 25 mai 2016 au 09 janvier 2017

Depuis 2009, le réseau de mesures est complété par une station dite « mobile » qui est positionnée dans des zones ne faisant pas l’objet d’une surveillance en continu. Cette station ou laboratoire mobile se présente sous la forme d’une remorque de taille comparable à celle d’une station fixe de mesures.

En mai 2016, suite à plusieurs plaintes du personnel enseignant de l’école Griscelli de la Vallée du Tir ayant subi d’importantes nuisances liées aux fumées issues de la centrale thermique de Doniambo, le laboratoire mobile a été installé dans le but de diagnostiquer et de suivre l’évolution de la qualité de l’air dans le cadre d’une campagne de mesure de plusieurs mois. Le site a également été équipé d’un préleveur automatique de particules fines PM10 pour l’analyse des métaux dans l’air ambiant, ainsi que d’un dispositif de collecte des retombées atmosphériques totales.

Cette étude a également pour objectif de mieux connaitre les contributions des différents secteurs d’émissions de poussières, notamment celles provenant de l’activité industrielle, des véhicules (diesel notamment) et celles en lien avec d’autres sources comme les feux de biomasse ou les poussières naturelles.

Mesure des métaux lourds dans l'air ambiant à Nouméa 2014-2017

Depuis 2009, la surveillance des métaux lourds particulaires dans l’air ambiant est réalisée sous la forme de campagne de mesures (prélèvements de particules puis analyses). Les métaux règlementés au niveau européen sont le plomb, l’arsenic, le cadmium et le nickel.

La présente étude, qui s’intéresse à la période 2014-2017 valide la méthode corrective des concentrations en métaux mise au point dans l’étude de 2012-2013. Cette correction, permet d’ajuster, voire de corriger les concentrations sous-estimées issues des préleveurs de type ACCU équipant les stations fixes de Nouméa. En ce sens, les concentrations obtenues via cette méthode se rapprochent davantage de la réalité et permettent de réévaluer les niveaux de métaux par rapport aux valeurs sanitaires de référence.

La campagne 2014-2017 étudie également l’évolution des métaux au sein des poussières PM10 sur ces 4 années, ainsi que leur origine. Il s’agit notamment de mieux évaluer et de confirmer l’influence de l’activité industrielle sur les concentrations de nickel mesurées à Nouméa.

Ces campagnes de mesure des métaux dans l’air ambiant s’inscrivent dans le cadre du suivi annuel à l’échelle de l’agglomération de Nouméa, avec pour le nickel, un aspect étude et surveillance de la pollution de type industriel.

Mesure des retombées atmosphériques à Nouméa de 2014 à 2017

Les retombées atmosphériques comprennent les poussières qui retombent au sol de manière gravitationnelle mais également les particules lessivées par les précipitations dans l’atmosphère. Les prélèvements se font de manière simple, grâce à un dispositif appelé jauge Owen, sorte de bidon surmonté d’un entonnoir.

Débuté en 2014, les campagnes jauges Owen permettent de mesurer les niveaux d’empoussièrement ainsi que la présence de certains métaux présents dans ces poussières sédimentables.

Le présent rapport montre l'évolution des niveaux de retombées atmosphériques de 2014 à 2017 à Nouméa. Si les niveaux d’empoussièrement restent très en dessous de la valeur de référence disponible, les résultats montrent une très forte présence du nickel sur l’ensemble des sites de mesure notament en proximité industrielle.

Campagne de mesure SO2/NO2 par échantillonnage passif sur la ville de Nouméa Période 2015 à 2017f

Chaque année depuis 2009, Scal’Air conduit une étude complémentaire au suivi en continu effectué par les stations fixes de mesure. Ce suivi permet la surveillance des concentrations en dioxyde de soufre (SO2) et en dioxyde d’azote (NO2) sur une trentaine de points de mesures répartis sur la ville de Nouméa.

Cette étude permet de surveiller des zones non suivies en continu, grâce à deux campagnes de deux semaines chacune, réalisées au cours de la saison chaude et de la saison fraîche.

Ce rapport montre l'évolution des concentrations de ces polluants au cours des trois dernières années sur Nouméa, où l'industrie et le trafic routier en constante augmentation ont une influence sur la qualité de l'air.

Campagne de mesures des Composés Organiques Volatils (COV) par tube passif sur la ville de Nouméa 2015 – 2016

Le Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, à travers la direction des affaires sanitaires et sociales (DASS), a souhaité faire un état des lieux des concentrations en COV sur la zone industrielle de Ducos, en raison de la cohabitation de populations et d’activités artisanales et industrielles. 

L’étude concerne 33 composés organiques volatils mesurés sur 15 sites de mesures sur la zone industrielle de Ducos et 3 sites « témoins » de type urbain (Anse Vata et Faubourg Blanchot) et trafic (Gallieni) et s’est déroulée entre 2015 et 2016 au cours de quatre campagnes de mesures (d’une durée de une semaine) réparties uniformément sur la période. Les prélèvements ont été effectués avec des tubes passifs afin d'avoir une large répartition spatiale.

Le présent rapport d'étude fait état de l'exposition des populations aux COV dans la zone de Ducos.

Mesure de la qualité de l’air à proximité du site du CHT Raoul Follereau – 2015 et 2016

Depuis 2009, Scal'Air mesure ponctuellement les niveaux de pollution atmosphérique sur des sites non suivis en continu. L’association a disposé son laboratoire mobile sur un site « sous influence industrielle » situé à proximité du CHT de Ducos, rue Raoul Follereau en 2015 et 2016.

Une étude (réalisée par Scal'Air en 2011) avait confirmé l’exposition de ce secteur aux émissions industrielles de l’usine de Doniambo, notamment par des dépassements de seuils journaliers de SO2. Il semble pertinent de suivre l’évolution des niveaux de pollution dans ce secteur.

La présente étude fait état de la qualité de l’air et de son évolution au niveau de la presqu’île de Ducos.

Mesure de la qualité de l’air à proximité du site du SMIT à Normandie – 2015

Depuis 2009, Scal'Air mesure ponctuellement les niveaux de pollution atmosphérique sur des sites non suivis en continu. L’association a disposé son laboratoire mobile dans le parking du SMIT de Normandie, rue Georges Lècques, en 2015.

Le présent rapport dresse un état des lieux de la qualité de l’air dans un nouveau quartier de l’agglomération, situé à proximité d’un axe routier fréquenté ainsi que d’une zone industrielle et artisanale.

Mesure de la qualité de l'air à proximité de la rue Galliéni - Nouméa - 2014

Le présent rapport d’études se propose d’exploiter les données de la cinquième campagne de mesure du laboratoire mobile en site « trafic routier », menée par Scal’Air entre le 25 Juillet et le 8 Décembre 2014. Le laboratoire a été positionné une seconde fois sur le site de la Mairie de Nouméa à proximité immédiate de la Rue Gallieni.

Du fait des perspectives d’augmentation continue du trafic routier sur la ville de Nouméa, il est en effet pertinent de suivre l’évolution des niveaux de pollution au voisinage de cet axe très passant et de confirmer les résultats établis précédemment concernant la pollution atmosphérique d’origine routière.

La rue Gallieni est un des axes principaux du centre-ville de Nouméa et pour laquelle des comptages routiers ont été recueillis. Ces comptages, concomitants à la campagne du laboratoire mobile sont effectués par la Mairie de Nouméa.

 

Etudes sur la santé en relation avec la qualité de l'air à Nouméa. Etude écologique géographique

nitiée en 2012 par une étude sur la santé des écoliers (étude panel - effets à court terme), le présent rapport d'étude s’intéresse aux relations entre des indicateurs sanitaires (mortalité, hospitalisations, longues maladies et médicaments pour asthme) recueillis à l’échelle des quartiers du grand Nouméa pour la période 2008-2012 et les concentrations en polluants atmosphériques mesurées par Scal'Air dans ces mêmes quartiers.

Téléchargez la présentation de l'étude air-santé (ASPA - EHESP - SEPIA)

Téléchargez la présentation d'introduction sur la qualité de l'air et les données mises à disposition dans le cadre de l'étude air - santé (Scal'Air)

SCAL'AIR. Mesure de la qualité de l'air_ISD Gadji_Incendie du 10 mars 2015

Scal’Air, association de surveillance de la qualité de l’air en Nouvelle-Calédonie, assure le suivi de la qualité de l’air à Nouméa depuis 2007.

La province Sud a sollicité Scal’Air pour effectuer des mesures de la qualité de l’air à proximité de l’installation de stockage des déchets ménagers ou assimilés de Gadji où un incendie s’est déclaré le mardi 10 mars 2015 à 3 heures du matin.
Exploité par la Calédonienne de services publics (CSP), ce centre d’enfouissement reçoit principalement des déchets de type ordures ménagères, déchets industriels banals, déchets verts et pneumatiques usagés.

Les mesures de la qualité de l’air se sont déroulées du 10 au 13 mars 2015.
Ce rapport d’étude présente les résultats des mesures ayant été effectuées par Scal’Air en réponse à l’article 4 de l’arrêté n°791-2015 du 13 mars 2015, mettant en demeure la société Calédonienne de Services Publics d’établir un rapport circonstancié et de réaliser certaines mesures suite à l’incendie du 10 mars 2015 survenu sur l’installation de stockage des déchets de Gadji sur la commune de Païta.

SCAL'AIR. Mesure des métaux lourds à Nouméa en 2012-2013

Depuis 2009, la surveillance des métaux lourds particulaires dans l’air ambiant est réalisée sous la forme de campagne de mesure (prélèvements de particules puis analyses). Il s’agit des métaux règlementés au niveau européen : plomb, arsenic, cadmium et nickel.

À la différence des études menées entre 2009 et 2011, l’étude 2012-2013 propose une méthode corrective des concentrations en métaux mise au point lors d’une inter-comparaison des préleveurs de type ACCU et PARTISOL (2012). Cette correction, qui sera affinée en 2014 et 2015, permet d’ores-et-déjà d’ajuster, voire de corriger les concentrations sous-estimées issues des préleveurs de type ACCU équipant les stations fixes de Nouméa.

Ce rapport présente l’exploitation des données issues de 86 séries hebdomadaires de prélèvements de poussières fines PM10 réalisées au niveau des quatre stations fixes et du laboratoire mobile, soit 376 prélèvements sur filtre analysés.

L’objectif de cette campagne 2012-2013 est d’étudier de façon fine et statistiquement représentative, l’origine des métaux au sein des poussières PM10. Il s’agit notamment de mieux évaluer et de confirmer l’influence de l’activité industrielle sur les concentrations de nickel mesurées à Nouméa.

Ces campagnes de mesure des métaux dans l’air ambiant s’inscrivent dans le cadre du suivi annuel à l’échelle de l’agglomération de Nouméa, avec pour le nickel, un aspect étude et surveillance de la pollution de type industriel.

Etude sur la santé des écoliers en relation avec la qualité de l'air à Nouméa - Etude de panel du 15 juillet au 2 septembre 2012

Le gouvernement de Nouvelle Calédonie a souhaité mettre en place une étude épidémiologique sur les répercussions sanitaires de la pollution sur la commune de Nouméa. Les principales sources de pollution sont représentées par l’activité industrielle du secteur de Doniambo et le trafic routier. Une mission exploratoire a été menée conjointement par la Direction des Affaires Sanitaires et Sociales (DASS), l'Association de Surveillance Calédonienne de Qualité de l'Air (Scal'Air), l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP), l’Association pour la Surveillance et l'Etude de la Pollution Atmosphérique en Alsace (ASPA) et le bureau d’études SEPIA‐Santé entre le 16 et 20 Avril 2012 (...)

SCAL'AIR. Campagne de mesure par échantillonnage passif en SO2 / NO2 sur Nouméa - 2012 à 2014

Tous les ans depuis 2009, Scal'Air réalise un suivi des concentrations en dioxyde de soufre (SO2) et en dioxyde d’azote (NO2) par échantillonnage passif, sur la ville de Nouméa. Les prélèvements sont réalisés à l’aide de tubes passifs, réagissant avec les polluants gazeux, exposés durant une semaine dans les différents quartiers de l’agglomération.

Entre 2012 et 2014, cinq campagnes de mesures par échantillonnage passif ont été menées. L’analyse des résultats et la confrontation avec les données brutes issues des précédentes campagnes de 2009, 2010 et 2011 vient confirmer l’influence de la périodicité saisonnière (saisons fraîche et chaude) et des conditions météorologiques sur la répartition spatiale et les niveaux des polluants mesurés sur le domaine d’étude.

Télécharger au format .pps

SCAL'AIR. Mesure de la qualité de l’air à proximité d’un axe routier - rue Jacques Iékawé - Nouméa Laboratoire Mobile - Avril à Juillet 2013

Pour cette 4e campagne d'étude en site « trafic routier », le laboratoire mobile de Scal'Air a été positionné, du 8 avril au 9 juillet 2013, à proximité d’un axe principal de circulation de l’agglomération de Nouméa : la rue Jacques Iékawé.

Du fait des perspectives d’augmentation continue du trafic routier sur la ville de Nouméa, il est pertinent de suivre l’évolution des niveaux de pollution au voisinage des grands axes routiers et de confirmer les résultats établis précédemment concernant la pollution atmosphérique d’origine routière.

Cette campagne de mesure vient enrichir les données et les conclusions issues des précédentes campagnes trafic. Les résultats obtenus permettent d’estimer l’influence du trafic routier et de l’activité industrielle sur la qualité de l’air aux alentours de la rue Jacques Iékawé.

SCAL'AIR. Mesure de la qualité de l'air dans le secteur de la Vallée des Colons - Laboratoire Mobile - 2013

Dans le cadre de cette campagne, le laboratoire a été positionné, du 15 juillet au 09 décembre 2013, au coeur d’une zone résidentielle et commerciale : le quartier de la Vallée des Colons.
Il s’agit d’évaluer la qualité de l’air dans ce quartier où sont situées des écoles et des habitations et ainsi constater l’éventuel impact des émissions routières, et industrielles en provenance du site de Doniambo situées au Nord-Ouest à moins de 2km de distance.

SCAL'AIR. Mesure de la qualité de l'air dans le secteur de NOUVILLE - Laboratoire Mobile - 2012-2013

Cette campagne, d’une durée de 6 mois, vise à effectuer un suivi de l’impact de l’activité industrielle de Doniambo sur le site de l’Université de Nouville. La première campagne effectuée sur ce site, réalisée entre les mois de mai et août 2010, avait montré l’existence d’une pollution chronique par le dioxyde de soufre, avec des valeurs de pointes relativement faibles[1].

Ce site est situé à environ 4 km de la zone industrielle et sous les vents de secteurs nord-est à est de celle-ci.

[1] SCAL'AIR. Mesure de la qualité de l’air à l’UNC de Nouville_Laboratoire Mobile_mai - août 2010

SCAL'AIR. Mesure de la qualité de l'air dans le secteur de NUMBO - Laboratoire Mobile - 2012

Dans le cadre de cette campagne, le laboratoire a été positionné, du 15 mars au 03 juin 2012, dans le quartier de Numbo, rassemblant une zone d'activités artisanales et industrielles ainsi que des parcelles d'habitations.

Il s'agit d'évaluer la qualité de l'air dans ce quartier dans lequel sont situées certaines activités émettrices de polluants atmosphériques localisées ; quartier également situé sous les vents dominants de secteur est/sud-est vis-à-vis de la zone industrielle de Doniambo.

SCAL'AIR. Mesure de la qualité de l'air rue de Papeete_mars-août 2012

En 2012, une campagne de mesure SO2 a été effectuée du 8 mars au 6 août 2012 chez un particulier dans la rue de Papeete, au Nord du site industriel de Doniambo.

Il s’agit d’évaluer la qualité de l’air dans ce secteur proche et sous les vents de secteur Sud vis-à-vis de Doniambo.

SCAL-AIR. Etude comparative des préleveurs ACCU / SWAM / Partisol et des méthodes d’analyse ICP-MS / XRF. Août 2013

Depuis 2009, la surveillance des métaux lourds particulaires dans l’air ambiant est réalisée sous la forme de campagne de mesure (prélèvements de particules puis analyses). L’arsenic, le cadmium, le nickel et le plomb, métaux réglementés au niveau européen, sont les éléments concernés par cette surveillance.

Les valeurs mesurées au cours des années 2009, 2010 et 2011 se sont révélées inférieures aux valeurs cibles européennes : faibles voire très faibles pour l’arsenic, le cadmium et le plomb, elles s’approchent des seuils d’évaluation inférieur et supérieur pour le nickel.

Ces valeurs restent toutefois indicatives puisqu’elles sont issues pour la plupart de méthodes de prélèvement autres que celles de référence ; ces méthodes pouvant entraîner une sous-estimation des niveaux réels des métaux dans l’air ambiant.

Scal'Air a ainsi cherché à comparer les concentrations en métaux lourds obtenues à l’aide de différentes méthodes de prélèvement, et notamment une méthode de référence, dans le but de définir des éventuelles équivalences entre ces méthodes et de pouvoir recalculer les concentrations obtenues afin de les confronter aux valeurs réglementaires.

Scal'Air a également procédé à la comparaison de deux méthodes d’analyse ; l'une étant une méthode de référence (ICP-MS), l'autre une méthode utilisant la fluorescence X et offrant l'avantage d'un temps d'analyse réduit et d'une analyse simultanée d’un large spectre d’éléments.

L’enjeu de cette étude concerne principalement la mesure du nickel, du fait de l’implantation d’une usine de valorisation de nickel en plein cœur de la ville de Nouméa.

SCAL'AIR. Mesure des composés BTEX au voisinage des établissements de stockage et de distribution de carburant_Noumea_juin 2012

En 2011, il avait été préconisé d’effectuer une campagne de mesure prospective aux abords des établissements de stockage et de distribution de carburant, théoriquement soumis, du fait de la présence de composés BTEX dans les essences, à des émissions non négligeables et supérieures à celles observées aux abords des axe routiers.

Cette campagne a pu être menée en juin 2012. Les résultats sont traités dans le présent rapport. La campagne concerne six établissements de distribution de carburant répartis sur l’agglomération de Nouméa ainsi que le dépôt de carburant de Ducos.

Il s’agit d’évaluer l’exposition de la population habitant ou circulant au voisinage de ces sources d’émission de BTEX.